Françis Joyon

Un palmarès exceptionnel

Devenir le premier marin à détenir les deux plus prestigieux records du tour du monde, en solitaire et en équipage (le Trophée Jules Verne) : le nouveau challenge de Francis Joyon ne manque pas de sel. Il est à la hauteur d’un marin aussi discret à terre que dur au mal et battant en mer, qui s’est forgé au fil des années un palmarès exceptionnel.

Francis Joyon le prouve : on peut grandir loin de la mer (en Eure-et-Loir), être issu d’une famille dans laquelle personne ne navigue, et pourtant devenir un marin hors-norme. Ce n’est qu’adolescent, à l’occasion d’un stage à l’école de voile des Glénans, que Francis monte pour la première fois à bord d’un bateau. Une révélation pour le jeune homme qui s’engage ensuite comme bénévole pour entretenir la flotte du centre. Le terrien devient marin. Il apprend sur le tas puis engrange les milles lors de convoyages sur toutes les mers du globe, trouvant là le moyen de combler son amour de la nature. Il ne cessera alors plus de naviguer. A la fin des années 80, Francis rencontre Paul Vatine et fait sa première incursion dans le monde de la course au large à l’occasion de la Route de la Découverte (Cadix-San Salvador), avec un podium à la clé. Le début d’une longue et belle carrière.

La philosophie de Joyon tient de Lavoisier. Pour participer à sa première Route du Rhum, en 1990, Francis récupère à la Trinité-sur-Mer les flotteurs de l’ancien catamaran Elf Aquitaine pour bricoler un nouveau bateau. En redonnant une deuxième vie à un multi laissé à l’abandon, il démontre que l’efficacité ne nécessite pas forcément d’importants moyens financiers. Et il esquisse les prémices d’une certaine manière de réaliser ses projets qui est devenue sa marque de fabrique : aller à l’essentiel et faire beaucoup avec peu.

IDEC et la grande aventure des records

Sa rencontre avec le groupe IDEC marque un tournant dans sa carrière. Aux côtés de son nouveau partenaire, Francis Joyon se lance dans une incroyable chasse aux records en solo, à commencer par le plus prestigieux : le tour du monde en solitaire sans escale. Il s’élance à bord de son premier trimaran géant, l’ancien Sport Elec d’Olivier de Kersauson, devenu IDEC, conçu pour un équipage de six à sept personnes. En 2004, il établit un nouveau temps de référence autour du monde en 72 jours 22 heures 54 minutes et 22 secondes : une véritable performance. Un an plus tard, la Britannique Ellen MacArthur lui ravit pourtant son record, donnant une bonne occasion à Francis de repartir. Entre-temps, il pulvérise un autre record mythique : celui de l’Atlantique Nord en solitaire. Mais lors du convoyage entre le cap Lizard et la Trinité-sur-Mer, épuisé, il s’endort et suite à une panne électrique son trimaran s’échoue sur les rochers de Saint-Guénolé. Un coup dur, mais le colosse ne se laisse pas abattre. Il fait construire un nouveau bateau spécialement conçu pour ses velléités de tour du monde.

A bord d’IDEC, deuxième du nom, il explose le record en 57 jours 13 heures 34 minutes et 6 secondes ! Un exploit immense, et à ce jour jamais égalé. A la barre de sa flèche rouge, il améliore d’autres grands records : Atlantique nord, 24 heures, Route de la Découverte. Fidèle à ses habitudes, Francis Joyon savoure le travail bien fait mais ne fanfaronne pas. A l’été 2013, après son nouveau temps de référence sur l’Atlantique nord, il déclarait joliment : « Il n’y a plus de héros de nos jours mais on peut espérer, parfois, être à la hauteur de ceux qui nous ont fait rêver quand on était plus jeunes ». Belle leçon de modestie de la part d’un navigateur qui aime aussi ouvrir de nouvelles voies maritimes comme il l’avait fait entre la France et l’Ile Maurice en 2009 ou lors de la Route de l’Amitié en 2014, et comme il le fera en 2016 lors d’un record inédit entre la France et la Chine.

Palmarès

  • 2017  Trophée Jules Verne en 40 jours, 23 heures et 30 minutes
  • 2016 Première tentative sur le trophée Jules Verne en 47 jours, 14 heures et 47 minutes
  • 2015 Record de l’Ocean Indien en 7 jours
  • 2014 6e de la Route du Rhum
  • 2014 Record de la Route de l’Amitié entre Bordeaux et Rio de Janeiro en 13 j, 4 h, 05’ et 19’’
  • 2013 Record de l’Atlantique nord en solitaire en 5 j 2 h 56’ et 10’’ (record valide à ce jour)
  • 2013 Record de la Route de la Découverte en 8 j 16 h 7’ et 5’’ (amélioré par Armel Le Cléac’h)
  • 2012 Record des 24 heures en solitaire avec 666.2 milles parcourus (amélioré par Armel Le Cléac’h)
  • 2010 2e de la Route du Rhum
  • 2009 Record entre la France et l’île Maurice en 26 j 4 h 13’ et 29’’ (1er temps de référence)
  • 2008 Record du tour du monde absolu en solitaire en 57 j 13 h 34’ et 6’’ (record valide à ce jour)
  • 2007 Record de la traversée de la Manche en solitaire en 6 h 23’ et 36’’ (record valide à ce jour)
  • 2005 Record de la traversée de l’Atlantique nord en solitaire en 6 j 4 h 01’ et 37’’
  • 2004 Record du tour du monde absolu en solitaire en 72 j 22 h 54’ et 22’’
  • 2001 Vainqueur du Fastnet
  • 2000 Vainqueur de la Transat Europe 1

Le nouveau défi de Françis

Dès l’automne prochain, Francis Joyon reprendra sa chasse aux records, mais en équipage cette fois, en s’attaquant au mythique Trophée Jules Verne, le tour du monde en équipage, à la barre d’un maxi trimaran (ex Groupama 3 puis Banque Populaire VII) au palmarès éloquent. Temps à battre : les 45 jours 13 heures 42 minutes et 53 secondes établis en 2012 par Loïck Peyron et son équipage sur Banque Populaire V. S’il parvenait à faire encore mieux, Francis Joyon deviendrait le premier homme à détenir les deux plus beaux records autour du monde : en solitaire et en équipage. La barre est haute, mais certainement pas hors de portée d’un marin de la trempe de Francis Joyon.

  • en
b057b9a6689dfd18380dcf932bfbce01lllllllllllll

Send this to a friend