La Loire, le pont de Saint Nazaire, un A380, le Belem, le Queen Mary 2 et les maxi trimarans Actual, Sodebo, Macif et IDEC SPORT… le tout sous le soleil et dans un vent léger. Tel est le cocktail original, unique, détonnant offert en ce dimanche à des centaines de milliers de spectateurs massés le long des rives du plus long fleuve de France. Place désormais à la course, et au défi lancé par les quatre plus grands multicoques de course au large au fleuron de la marine marchande, le Queen Mary2, entre sa ville natale de Saint-Nazaire, et New-York City, port d’embarquement voici un siècle des milliers de jeunes soldats américains venus aider la France à gagner la Première Guerre Mondiale. A 19 heures précises, les quatre géants se sont élancés sur une ligne de départ matérialisé par les 345 mètres du grand Liner de la Cunard.

Un départ tout en douceur, dans un léger flux de nord ouest propice à aider les grands voiliers à sortir en tirant des petits bords sur une mer parfaitement plate. Francis Joyon, et son équipage ultra réduit à 5 hommes ne se faisaient pas prier pour franchir en tête la ligne de départ, salués par le vol d’un Airbus A 380 venu de Toulouse saluer The Bridge 2017.

Francis Joyon se plonge ce soir avec plaisir dans la solitude relative d’une nouvelle transatlantique, loin du tumulte de la foule. « La course s’annonce compliquée, avec des airs légers pour commencer, puis des dorsales à gérer, et des allures de près. » Une petite rotation du vent au secteur Est va faciliter la sortie du golfe de Gascogne, Un choix déterminant s’offrira alors aux navigateurs, entre une route sud, à la recherche d’alizés positionnés très sud en cette saison et la route nord, plus fraîche, plus ventée, plus perturbée, mais plus courte, soit une voie probablement favorisée par l’ensemble de la flotte.

Cartographie : suivez en live le maxi-trimaran IDEC SPORT, cliquez ici

 

  • en
id ut dolor. facilisis quis, id Donec leo

Send this to a friend