Dans l’ouest des Açores, IDEC SPORT est ce matin à 1400 milles de boucler son tour du monde. Cap vers l’Est pour le moment. Arrivée prévue vendredi, avec l’espoir de faire mieux que Groupama en 2010, sur le même bateau. Mais gare au gros temps…

La série de quatre empannages pour jouer la bordure anticyclonique est désormais dans le sillage. Le contournement de la bulle est terminé. Celle-ci est maintenant dans leur sud et c’est avec des vents puissants et une mer forte qu’il faut composer. Il y a déjà environ quatre mètres de creux sur zone.

First aerial images of IDEC SPORT maxi trimaran, skipper Francis Joyon and his crew, training off Belle-Ile, Brittany, on october 19, 2015 - Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC

Malgré ces conditions déjà musclées, IDEC SPORT fonce à plus de 32 nœuds ce matin à 7h. Relativement proche de l’archipel des Açores qui se trouve 250 milles sur sa droite, le grand trimaran rouge a maintenant moins de 1400 milles à couvrir pour venir couper la ligne d’arrivée entre Ouessant et le Cap Lizard.

Arrivée vendredi… avec le record du bateau ?
Ce sera probablement pour vendredi dans la journée. On attend du monde sur les quais de Brest pour venir accueillir les circumnavigateurs qui, malgré une météo pas vraiment bonne fille, devraient ainsi boucler leur tour du monde en peu ou prou 48 jours. Ce serait déjà une immense performance de battre le record du bateau, conquis par les 10 marins emmenés par Franck Cammas en 2010. Sous les couleurs de Groupama, ceux-là avaient alors raflé le Trophée Jules Verne en 48 jours 7 heures et 45 minutes. Sachant qu’IDEC SPORT vient tout juste d’entamer son 46e jour de mer, c’est jouable !

Mais n’anticipons pas, car l’équation à résoudre d’ici là est délicate. Il faut à la fois aller vite vers le but et à la fois trouver le chemin le moins mal pavé pour y parvenir… ce qui est loin d’être évident au vu des dépressions très creuses qui balaient l’Atlantique Nord et donc le golfe de Gascogne. Hier, l’équipage de Francis Joyon a reçu un magnifique message d’un marin de commerce qui leur recommandait la prudence en expliquant que même lui ne faisait pas le fier… pourtant sur un cargo de 300 mètres de long. C’est d’actualité. Pour le moment il y a environ 30 nœuds de vent sur la zone de navigation d’IDEC SPORT, mais 200 milles plus au nord c’est 10 nœuds supplémentaires et une mer beaucoup plus grosse encore. Vigilance, vigilance !

  • en
63eb63b96ee476dfe32937292bfa49ca]]]]]]]]]]]]]]]]]]]

Send this to a friend