Avec sa quatrième semaine de course contre la montre, et une entrée millimétrée dans les systèmes météos compliquées du Pacifique Sud, IDEC SPORT aborde à l’évidence une phase cruciale et déterminante dans sa tentative contre le chrono référence du Trophée Jules Verne.

L’entame du 24ème jour, qui est en réalité la nuit à bord du grand trimaran rouge et gris, a été marquée par un important empannage en bordure du centre d’une dépression. Francis Joyon et ses cinq hommes d’équipage vont toute la journée surfer à la recherche du meilleur angle au vent et en quête de la pression la plus soutenue, essayant de ne pas se laisser aspirer par les zone de calmes qui s’étalent par tribord. Cet épisode dépressionnaire n’est que le début d’une succession contrastée d’événements météos dressés sur la route du cap Horn. A l’instar de Loïck Peyron et son maxi trimaran Banque Populaire V à ce même point de la course voici très exactement quatre années, Francis, Guénolé, Bernard, Clément, Boris et Alex s’attendent eux aussi à souffrir dans la traversée de zones dites de transition entre deux systèmes, avant de négocier, en son nord ou en son sud, un vaste anticyclone.

Une oeuvre collégiale
DSC_9334Plus que jamais, les échanges d’expériences entre les compétences réunies par Francis Joyon pour constituer son commando de marins, vont bon train à l’approche d’un segment compliqué et pourtant si crucial du parcours au coeur du Pacifique Sud. « Marcel van Triest fait un super boulot » souligne Bernard Stamm, qui s’est déjà, à plusieurs reprises, frotté aux caprices de cet immense océan. « Chacun à bord peut visualiser sur l’écran de contrôle situé dans le cockpit, les échanges de mails entre Francis et Marcel. La discussion est ensuite libre et ouverte entre tous les membres d’équipage. Dans tous les cas, c’est Francis qui tranche. » Choix des routes, précision et efficacité des trajectoires. Là encore, l’oeuvre est collégiale, et la routine des quarts du bord a depuis le départ de Brest fait merveille. « A chaque passage à la barre, on s’applique à faire au moins aussi bien que le barreur à qui l’on succède, et mieux que notre propre quart précédent. » La satisfaction est pour l’heure au rendez-vous, avec ces chronos intermédiaires référence établis dans l’océan Indien, et un équipage en mesure de composer au mieux avec la fatigue.

Improbable régate
« Nous étions en début de nuit (ce matin heure française ndlr) à 0,5 milles de Spindrift 2 » s’amuse Francis Joyon.  « On ne s’attendait pas à régater d’aussi près après 24 jours de course. » Les deux maxi trimarans engagés dans la quête du Trophée Jules Verne partagent depuis plusieurs jours les mêmes conclusions quant à la meilleure façon d’appréhender l’océan Pacifique. En résultent des trajectoires quasi similaires, avec des empannages déclenchés à quelques minutes d’intervalle. « Notre référence, c’est Banque Populaire V » affirme Bernard Stamm, « mais on compare avec intérêt nos routes et notre vitesse avec Spindrift 2, anciennement Banque Populaire V. » Et force est de constater qu’Idec Sport, plus court de près de 9 mètres, moins toilé, armé de seulement 6 hommes d’équipage, fait au moins jeu égale avec son involontaire partenaire de jeu. « Dans du vent soutenu, plus de 25 noeuds, nous sommes même un peu plus rapides » s’accordent à penser l’équipage. « En revanche, « il » descend mieux dans le vent. C’est ainsi qu’il nous a distancé lors du contournement de l’anticyclone de Sainte Hélène. Nous avions dû empanner, et les avions laissé s’échapper sur un seul bord, en route plus directe que nous. »

Lutte contre la montre, contre des éléments, contre des schémas météos compliqués… le Trophée Jules Verne d’Idec Sport s’est pigmenté d’un adversaire bien réel, idéal pour s’étalonner et exciter, si besoin était, les motivations du bord.

  • en
980b2d83b5261df3ec9e5be0cf2d4000OOOOOO

Send this to a friend