Le passage de la ligne de démarcation des hémisphères est pour la fin de nuit prochaine. Francis Joyon et ses cinq hommes d’équipage ont été logiquement ralentis dans le Pot au Noir… mais ils sont déjà en train de s’en extraire ! Le temps de passage à l’équateur va donc bien être de plus ou moins 5 jours. Une quinzaine d’heures de moins que le record actuel sur ce tronçon.

« On a encore de l’avance ? 200 milles ? C’est bien ça, les gars vont être contents. » Au téléphone ce midi, Francis Joyon pense avant tout à son équipage, très sollicité depuis la nuit dernière quand IDEC SPORT est entré dans le Pot au noir. Cette Zone de Convergence Intertropicale est fidèle à sa réputation : alternance de calmes plats et de grains très forts, vents terriblement changeants en force et en direction. Un passage redouté de tous les marins. Le grand trimaran rouge n’a pas été épargné. Un grain « ultra violent »  par exemple, a nécessité de rouler le grand gennaker rapidement et de franchir cette zone noire sans aucune voile d’avant, sous les éclairs et les trombes d’eau. « Avec tout l’équipage qui courrait dans tous les sens sur le pont. C’était assez surréaliste», témoigne Francis Joyon.

Marcel Van Triest : « la sortie du Pot est proche »

Après s’être élevée jusqu’à 300 milles hier à 21h, l’avance d’IDEC SPORT sur le chrono à battre s’est forcément réduite – 200 milles cet après-midi – avec des vitesses qui chutaient parfois entrent 10 et 20 nœuds de moyenne, contrastant avec les 30 nœuds enregistrés lors des 48 heures précédentes. C’est le jeu, le franchissement de cette zone fait rarement gagner du temps. Et ne pas oublier que l’adversaire virtuel (Banque Populaire V en 2011 donc) est pour le moment plus au nord… donc que sa vitesse va elle aussi se réduire au fur et à mesure qu’il « descend » vers l’équateur. D’ailleurs l’avance augmente de nouveau depuis 17h ce jeudi soir…
On retiendra donc plutôt un repère géographique : ce midi, les hommes de Francis Joyon sont passés avec 15 heures d’avance à hauteur du point de fin du cinquième jour de mer du record à battre. Eux naviguaient alors depuis un peu moins de 4 jours et demi. Une demi-journée d’avance, voilà donc le capital à tenter de faire fructifier. Une chose est sure : ce jeudi soir, l’équateur n’est plus que 200 milles devant les étraves.

Atlantique Sud en milieu de nuit ?

Battre les 5 jours et 15 heures sur le tronçon Ouessant-Equateur est donc plus que jamais d’actualité. Car IDEC SPORT est probablement déjà en train de sortir du Pot au noir. Joint à 16h40, Marcel Van Triest, le routeur à terre d’IDEC SPORT, explique : « il reste ce que j’appelle deux ‘grumeaux’ de zones sans vent mais l’alizé est tout proche maintenant, ils vont retrouver du vent et accélérer de nouveau. Je ne regarde pas du tout le passage à l’équateur – c’est surtout la suite qui m’intéresse maintenant – mais s’il faut tout de même donner une estimation je dirais pour résumer qu’ils y seront vers 3 ou 4 heures du matin. Comme ils sont partis à 3h02, le match c’est de savoir s’ils vont mettre plus ou moins de 5 jours à l’équateur… mais ce sera proche de 5 jours pile ! »
A suivre donc. La suite ? « Pendant 600 à 800 milles il nous faudra profiter de notre angle au vent avec ce passage du pot au noir qui s’est fait un degré plus à l’est que d’habitude. Puis il y aura une zone de transition pas simple pour savoir si on réussit ou pas à attraper une dépression venant de l’Uruguay. C’est cela qui déterminera si on fait un très bon temps au cap de Bonne Espérance ou seulement un temps honnête. » Nous y reviendrons. Pour l’heure, il s’agit de sortir du Pot pour basculer dès cette nuit « la tête en bas ». Avec grosso modo une demi-journée d’avance.

  • en
ee800415fea29e054f29303af9695a03PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP

Send this to a friend