Pour le détenteur du record du tour du monde en solitaire, le Trophée Jules Verne sera l’occasion de réaliser un doublé historique. Un exploit qui serait d’autant plus retentissant que Francis Joyon, 59 ans, participera à son premier record en équipage. A bord d’IDEC SPORT (ex Groupama 3 de Franck Cammas et Banque Populaire VII d’Armel Le Cléac’h puis Loïck Peyron), Joyon misera sur la légèreté et partira avec un équipage réduit. Explications.

Francis, que représente le Trophée Jules Verne pour toi ?
Francis Joyon : « J’ai suivi attentivement toutes les tentatives depuis 1993. J’ai été à chaque fois admiratif des marins qui partaient sur ce tour du monde en équipage. Maintenant c’est à mon tour de m’attaquer à cette aventure fascinante ! Le défi est de taille : je pourrais devenir le premier marin à remporter le tour du monde en solitaire puis en équipage. Le Trophée Jules Verne sera un exercice nouveau pour moi, il va falloir que j’apprenne à manager une équipe. Et contrairement au solitaire, nous exploiterons quasiment 100 % du potentiel du bateau. C’est excitant car je vais découvrir un support plus grand que mon précédent trimaran (31,50 m contre 29,70 m), avec un potentiel de vitesse énorme car le nouvel IDEC SPORT est semble-t-il capable d’atteindre les 40 nœuds relativement « facilement ». C’est très prometteur. »

Spindrift 2, le bateau détenteur du Trophée Jules Verne (sous les couleurs de Banque Populaire V en 2012), devrait également entrer en stand-by cet automne. Le plus grand trimaran de course du monde (40 m) ne sera-t-il pas difficile à battre ?
« IDEC SPORT aura des chances face à Spindrift 2 et nous partirons sans complexe. L’histoire du Trophée Jules Verne, et de la course au large en général, a souvent suivi une logique escalade en termes de dimensions et de technologies. Nous ne jouons pas à ce jeu-là puisque nous optons pour un « petit » bateau. IDEC SPORT sera un maxi trimaran polyvalent, avec de bonnes possibilités d’accélération et un rapport poids/puissance favorable. La longueur et le poids de Spindrift 2 induisent lourdeur dans le fonctionnement. Spindrift ou pas, la barre est haute puisqu’il faudra faire mieux que 45 jours 13 heures et 42 minutes pour remporter le Trophée Jules Verne. En 2010, Groupama 3 a bouclé le tour du monde en 48 jours avec une météo loin d’être idéale. Le bateau a le potentiel pour gagner plusieurs jours et améliorer l’actuel record. D’autant qu’à l’époque Franck Cammas et son équipage avaient navigué plus prudemment après deux tentatives ratées. Il faudra être à fond tout le temps et ne pas avoir d’avarie. Il y aura aussi une part de réussite… »
« Léger, le nouveau trimaran IDEC SPORT est un avion de chasse. »

Pourquoi avoir opté pour un petit gréement, une configuration habituellement utilisée pour la navigation en solitaire ?
« Le petit mât est plus efficace et performant dès 20 nœuds de vent. Or, d’après une étude météo réalisée en collaboration avec le routeur Jean-Yves Bernot nous devrions être souvent confrontés à ces conditions à l’échelle d’un Trophée Jules Verne. Forcément moins lourd, le petit gréement permet au bateau d’être plus sain et de mieux passer dans la mer. Sans compter que le risque d’avarie structurelle est plus faible car les contraintes à supporter sont moins importantes. Avec le grand mât il aurait fallu être au moins dix à bord, alors qu’avec la configuration retenue nous serons au maximum six (contre 14 pour le détenteur du Trophée Jules Verne Banque Populaire V en 2012 et 10 pour Groupama 3 en 2010). Le fait d’avoir un équipage réduit permet de simplifier le fonctionnement à bord et de jouer la carte de la légèreté en gagnant du poids sur la nourriture, le matériel de sécurité, les habits… Léger, le nouveau trimaran IDEC SPORT est un avion de chasse. »

Quel sera ton programme dans les mois qui viennent ?
« Le bateau est loué par Lending Club et nous le récupérerons le 15 septembre. Le calendrier va être chargé car le bon timing pour entrer en stand-by pour le Trophée Jules Verne est début novembre. Entre-temps, il faudra mettre le bateau aux couleurs d’IDEC SPORT, réinstaller le petit mât, adapter l’accastillage, remettre le bateau en état et prévoir des navigations d’entraînement. On ne va pas s’ennuyer ! »

  • en
mi, dictum consequat. vel, ut Curabitur libero.

Send this to a friend