IDEC Sport a bien résisté à la première nuit de mer, très musclée. Francis Joyon fait le dos rond et s’attaque maintenant à la traversée du golfe de Gascogne. Un premier grand favori est au tapis : Thomas Coville (Sodebo Ultim) a été abordé par un cargo. Un flotteur de son trimaran est arraché. Il rentre à terre.

Coup de tonnerre cette nuit sur la classe Ultime : Thomas Coville, que beaucoup voyaient comme un des grands favoris de cette Route du Rhum 2014 a été contraint d’abandonner ! Dans la nuit, son Sodebo a malheureusement été abordé par un cargo. Un des flotteurs de son tout nouveau maxi trimaran est arraché. Enorme désillusion pour l’adversaire de toujours de Francis Joyon, qui rappelle à quel point la navigation sur ces maxis trimarans est engagée et périlleuse.

Il faut dire que la première nuit de course a été particulièrement violente. Le vent de sud-ouest a contraint à beaucoup de manoeuvres, la mer était dure et les rafales sont montées parfois à plus de 40 noeuds (75 km/h) ! Beaucoup d’autres avaries ont d’ailleurs touché les autres classes de bateaux (à l’exception notable des IMOCA) : Loïc Féquet a aussi un flotteur de son trimaran Multi 50 arraché, les Class40 de Marc Lepesqueux et François Angoulvant ont perdu leur quille et Angoulvant a même du être hélitreuillé. Jean Galfione a heurté une bouée, Charlie Capelle, en classe Rhum, a préféré mettre son petit trimaran à l’abri à terre juste avant le coup de vent…

« En bon marin »
Rien de tout cela à bord d’IDEC SPORT, heureusement. Francis Joyon a géré ces éléments hostiles comme à son habitude, « en bon marin » selon l’expression consacrée. Après avoir gagné dans l’ouest comme toute la flotte, il a été un des premiers à virer vers le sud vers 2h cette nuit et s’attaque désormais à la traversée du golfe de Gascogne. Des sept maxi multicoques Ultimes encore en course, il est le plus à l’Est de la flotte, 90 milles au large de la pointe de Penmarc’h. Pour l’instant il fait jeu égal avec l’énorme Spindrift 2 de Yann Guichard (40 mètres, contre à peine 30 mètres pour IDEC Sport) mais tous deux ferment la marche des Ultimes. Rien de rédhibitoire – la course ne fait que commencer – mais on constate après cette première nuit très virile que Loïck Peyron (Banque Populaire) a réussi à prendre une belle avance en tête, une trentaine de milles devant les MOD 70 de Sébastien Josse et de Sidney Gavignet.

 A bord d’IDEC, Francis Joyon, lui, se retrouve dans le deuxième groupe des chasseurs, aux côtés de Spindrift 2 et pas très loin à la fois du Prince de Bretagne (24 m) du recordman de l’épreuve Lionel Lemonchois ainsi que du troisième MOD70 engagé dans cette Route du Rhum 2014, le Paprec Recyclage de Yann Eliès. Pour l’instant, l’état de la mer ne permet pas d’atteindre des vitesses supersoniques, mais on dépasse tout de même souvent les 20 noeuds. A bord, l’ambiance doit être à peu près invivable et cela risque fort d’être le cas jusqu’à la hauteur de Lisbonne, avant de prendre « l’autoroute » des alizés. Pour l’instant, la configuration météo n’est pas très favorable à Francis Joyon, mais il le savait avant le départ. Il faut se battre… et « faire très attention à ne pas faire de bêtises », comme disait Francis avant le départ. De ce point de vue tout va bien. La Guadeloupe est encore loin et on sait que l’objectif premier est de faire le dos rond au moins pendant les 50 premières heures de course, avant d’espérer trouver des conditions moins périlleuses.

venenatis, accumsan amet, id eleifend consequat. dolor

Send this to a friend