« Cette fenêtre météo vaut le coup d’être tentée ». C’est Jean-Yves Bernot, le conseiller météo de Francis Joyon, qui le dit. « Des opportunités comme celle-ci ne se présentent pas 50 fois dans l’été d’autant que plus on avance en saison, plus les chances de trouver des conditions propices s’amenuisent » poursuit-il. A moins que la situation ne se dégrade brutalement, le marin de Locmariaquer s’élancera donc de New-York dans la nuit de dimanche à lundi à bord de son maxi trimaran IDEC, pour une traversée de l’Atlantique express. Il devrait évoluer dans un flux de sud-ouest de 20 à 25 nœuds et sur une mer peu formée, soit les conditions optimales pour battre ce type de record. Jean-Yves Bernot : « Il nous faut du vent portant raisonnablement fort. Les conditions recherchées sont assez pointues, d’autant que nous les voulons sur quasiment toute la traversée. Cette fenêtre météo est donc intéressante et semble un peu plus favorable que celle de la semaine dernière, au moins pour le départ. Elle devrait permettre à Francis de naviguer assez proche de la route directe et donc de faire moins de manœuvres, ce qui est toujours appréciable en solitaire ».L’idée pour Francis et son routeur : parvenir à se faire porter par ce système dépressionnaire le plus loin possible en Atlantique, idéalement jusqu’aux environs du cap Lizard, où sera jugée l’arrivée de ce record. Mais si la situation météo est assez claire jusqu’au milieu de l’Atlantique, l’incertitude plane en revanche sur la phase d’arrivée. « C’est d’ailleurs là que se jouent souvent les records, souligne Jean-Yves Bernot. Une traversée en solitaire à grande vitesse induit toujours une part de chance, notamment au niveau de la météo. C’est la loi du genre ».Francis est impatient d’en découdre. Et c’est tant mieux. Car pour espérer reconquérir un record qu’il a déjà détenu de 2005 à 2008, il devra maintenir une vitesse moyenne de 25 nœuds sur sa route. Ce ne sera pas une mince affaire. Mais le recordman du tour du monde à la voile en solitaire a déjà démontré à maintes reprises qu’il était de taille à relever les plus grands défis. A suivre…

commodo Phasellus sem, libero vulputate, Sed mattis efficitur. id libero Donec

Send this to a friend