« La course va être passionnante à suivre et je vois au moins cinq bateaux qui peuvent gagner à Pointe-à-Pitre. » Francis Joyon le sait, la confrontation avec les autres concurrents de la G Class va être serrée. En vue de cette échéance, le recordman du tour du monde en solitaire a donc décidé d’adapter au mieux son trimaran géant IDEC à la course en flotte. Quatre mois de travaux au chantier Marsaudon composites de Lorient ont permis cette optimisation.Des foils et une GV plus grandeL’amélioration la plus visible est l’installation de foils, des plans porteurs placés sous les coques latérales du maxi trimaran. Un système qui a fait ses preuves.« Grâce aux foils, les flotteurs sont moins immergés, ce qui permet au bateau d’aller un petit peu plus vite », confirme le skipper d’IDEC. Autre modification importante : la mise en place d’une grand-voile d’une surface supérieure de 30 mètres carrés à la précédente, avec une corne de cinq mètres. L’objectif principal de ces évolutions hivernales est de grappiller de la vitesse, entre autres dans le petit temps. Francis Joyon : « Le bateau a été conçu pour les records donc, à priori, pour naviguer dans des vents relativement forts au portant. Ce sont les conditions dans lesquelles il s’exprime le mieux.» D’où la nécessité pour Francis de modifier sa nouvelle monture pour être en mesure de concurrencer des trimarans plus à l’aise dans des conditions clémentes, à l’instar du Groupama 3 de Franck Cammas ou du Gitana XI de Yann Guichard.Derniers préparatifsToujours dans l’optique de la Route du Rhum, « mille autres petites choses moins visibles » ont également changé à bord d’IDEC. « Globalement, le bateau arrive à un bon niveau de préparation, » souligne Francis. Dans le mois qui vient, le temps va se partager entre les derniers réglages et les formalités inhérentes à La Route du Rhum (jauge, contrôles de sécurité, etc.).: « Je suis en train de me battre avec les règlements, il y en avait beaucoup moins pour les records, » confie-t-il. Le convoyage vers Saint-Malo est prévu le 19 ou 20 octobre et le bateau sera présent sur place jusqu’au 31 octobre, jour du départ l’épreuve. Un perspective qui enthousiasme Francis Joyon : « ça va être une redécouverte pour moi qui ait quitté ce circuit depuis pratiquement huit ans maintenant ! ». Rappelons qu’avec déjà 4 participations au compteur, Francis Joyon détient le record du nombre de participations à la reine des transats.(1990, 1994, 1998, 2002 et 2010)

adipiscing Praesent commodo eleifend vulputate, sem, ut libero. sed

Send this to a friend