Francis Joyon : « C’est une mer de tropique absolument magnifique, très bleue, aux vagues couronnées d’une jolie écume blanche. Le ciel est tout à fait comme je l’aime, très bleu, mais parsemé de petits cumulonimbus de beau temps, ces petits nuages qui prouvent qu’il y a du vent… » Admirateur passionné de la nature, Joyon demeure ce marin en quête perpétuelle des meilleures conditions pour faire avancer son voilier. Au terme d’une nuit fort satisfaisante, qui l’a vu s’extraire d’une énième dorsale anticyclonique et progresser à bonne vitesse, 20 noeuds en permanence, droit sur l’île Maurice, Joyon craint encore les caprices de l’océan Indien. « J’ai connu durant quelques minutes un fort ralentissement ce matin, avec une rotation du vent au Nord Ouest qui m’a fait m’écarter de la route. O n n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise… »IDEC progresse pour l’heure cap sur la marque, sous grand voile haute et solent, au près et face à un petit clapot. Joyon sait que l’approche des îles est souvent synonyme de vent perturbé. La faible altitude des sommets de l’île Maurice l’a pourtant rassuré. « Je pense aborder la pointe de l’île vers 16 heures françaises » (19h00 à Maurice) explique-t-il à la lumière de sa bonne vitesse du moment. « Il me tarde de retrouver ma famille et mes amis qui m’attendent. » Curieux de tout, Francis ne cache pas son impatience de découvrir cette destination nouvelle pour lui.

ante. eget efficitur. felis libero. commodo Aliquam Nullam

Send this to a friend