Comme prévu, Francis Joyon est ralenti depuis une douzaine d’heures : la moyenne d’IDEC a chuté de 25 à 15 noeuds, alors que le maxi trimaran rouge évolue ce mercredi après-midi à 240 milles dans le sud-ouest de l’archipel des Canaries. En cause : une bulle anticyclonique qui se déplace vers l’est et contraint Joyon à opter pour une descente en escalier vers le sud. Son routeur Jean-Yves Bernot explique : « Francis doit faire tantôt de l’ouest tantôt du sud pour ‘descendre’ et ainsi passer sous l’anticyclone avant de retrouver un alizé bien établi et de pouvoir de nouveau accélérer ».L’équateur ce week-end ?Dans ces conditions, la quatrième journée de ce nouveau record entre France et Ile Maurice – qui s’est achevée ce mercredi midi – n’a évidemment pas été des plus rapides : 373 milles parcourus, contre 500 milles la veille et respectivement 442 et 338 milles lors des deux premiers jours de course. Rien d’alarmant non plus : à 413 milles de moyenne par jour soit 17,2 noeuds depuis le départ, Joyon est toujours parfaitement dans les temps pour ne pas avoir à utiliser l’intégralité des 25 jours de vivres qu’il a prévu pour tenir jusqu’à l’île Maurice.« Francis devrait toucher l’alizé dès demain jeudi », estime Jean-Yves Bernot qui table toujours sur un passage de l’équateur ce week-end. Soit là encore dans le timing d’ « environ une semaine » qu’envisageait le skipper d’IDEC avant son départ de Port-Louis samedi dernier.

non ipsum Curabitur quis sit vulputate, Phasellus leo ut

Send this to a friend