Comme en 2004, c’est de nuit et après un contournement relativement aisé de San Salvador que Joyon a conduit IDEC sur la ligne d’arrivée de cette Route de la Découverte. Une petite embarcation l’attendait dans la moiteur Caribéenne. A son bord, Clifford Fernander, délégué du World Speed Sailing Record Council qui tirait symboliquement une coup de canon au passage du multicoque géant. « Clifford est monté à bord » raconte Joyon, « Nous avons discuté un moment, il m’a fait signer des papiers et a pris des photos… » Quelques instants plus tard, Francis se retrouvait de nouveau seul à bord et reprenait la mer, direction Saint Domingue où l’attend son équipe.Peu expansif comme à l’accoutumée, Francis ne faisait pourtant point mystère de sa satisfaction au passage de la ligne ; « L’incertitude a été grande jusqu’au bout, tant les conditions de vent sur les 200 derniers milles étaient imprévisibles. il se trouve que le petit vent de nord a tenu jusqu’au bout, permettant à IDEC de garder en permanence les 12 à 14 noeuds de vitesse nécessaire pour préserver l’avance que je m’étais donnée lors des deux belles journées de glisse des 3 et 4 novembre. La cerise sur le gâteau est pour moi d’avoir pu franchir cette barre des 10 jours… » »Lorsque Jean-Yves Bernot et moi-même avons décidé de suivre une route Nord, cette décision était dictée par l’absence d’alizés établis sur la latitude habituelle de cette Route de la Découverte. Au lieu de jouer les empannages dans des vents portants d’ouest, j’ai eu le loisir d’aligner des grosses journées à plus de 550 milles au reaching, entrecoupées de zones de transitions très pénalisantes puisque mon avance a oscillé entre 414 milles et… 88 miles. Le comparatif avec le trimaran Orma de 60 pieds Sodebo à Thomas Coville était très intéressante car au-delà de l’évidente différence de taille (30 mètres contre 18,28 mètres à Sodebo), la traversée des zones de calme aurait avantagé un bateau léger. Bien souvent, j’ai regretté de ne pas avoir une « libellule » de 5 tonnes en lieu et place des 11 tonnes d’IDEC. Mais mon trimaran est tellement sûr à grande vitesse qu’il permet d’aligner ces belles journées qui auront, en définitive, fait la différence. »Francis Joyon, skipper du maxi trimaran IDEC a franchi la ligne d’arrivée de la Route de la Découverte à San Salvador aux Bahamas, aujourd’hui à 02 heures, 06 minutes,TU (soit 03 heures, 06 minutes – heure française). Avec un temps de course de 9 jours, 20 heures, 35 minutes, il établi un nouveau record en solitaire sur les 3 885 milles théoriques du parcours à la moyenne de 16,4 noeuds, détrônant le trimaran de 60 pieds Sodebo à Thomas Coville.Francis avait quitté Cadix Cadix (Espagne) à 05 heures 30 minutes et 57 secondes TU (soit 06 heures 30 minutes et 57 secondes – heure française) le mardi 28 octobre 2008 dernier.Il a parcouru en distance effective 4 304 milles nautiques, à la moyenne de 17,7 noeuds.

leo. porta. ut ut accumsan dictum

Send this to a friend