Il a depuis repris la trajectoire et le rythme qu’il affectionne en configuration record, lignes droites et vitesses constantes élevées vers l’objectif. Un cocktail tout en puissance dont seul l’étonnant Monsieur Joyon semble avoir le secret, car que le grand trimaran IDEC évolue comme ce fut le cas mardi dans une brise soutenue de près de 30 noeuds, ou dans les vents plus variables de la journée d’hier sous l’influence de l’archipel, le speedomètre du voilier oscille en permanence entre 22 et 25 noeuds. Francis est bien entré sans tour de chauffe dans sa condition de chasseur de records. Son adversaire virtuel Thomas Coville à bord du trimaran de 60 pieds Sodebo glissait en juillet 2005 à cet instant du record sous l’île de Hierro, à plus de 265 milles du tableau arrière du maxi trimaran IDEC.Joyon, conscient de l’incertitude météorologique qui entoure la dernière partie du parcours, s’attache avec la force et la pugnacité qui le caractérisent à tirer le meilleur de sa machine dans les conditions présentes. Avec plus d’un millier de milles avalés sur la route directe en seulement deux jours, l’irrésistible duo Joyon-IDEC est à l’évidence parti sur de bonnes bases.

quis, libero. accumsan risus. sit commodo Curabitur Nullam massa felis leo

Send this to a friend