Un trimaran au mieux de sa formeC’est un Francis Joyon reposé et le regard résolument tourné vers l’avenir qui veille depuis plusieurs semaines à la bonne forme du maxi trimaran IDEC. Le grand voilier rouge détenteur du tour du monde à la voile (57 jours, 13 heures, 34 minutes et 6 secondes depuis janvier dernier) subit l’examen sans concession de son skipper, épaulé du fidèle Christophe Houdet, et de son propre frère Christian, avec la collaboration d’une poignée d’artisans locaux. Si la plate-forme ne semble avoir en rien souffert de son périple planétaire, Francis porte un soin particulier à certains secteurs névralgiques de sa machine ; Deux nouvelles voiles d’avant viennent compléter la grand voile et la trinquette en « Cuben Fiber » du Tour du monde, et le mât, escaladé hier à 4 reprises, a fait l’objet d’importantes mesures de renforcement, principalement au niveau des fameux ancrages de haubans (On se souvient de la menace de dématâge qui avait plané jusqu’au bout sur la tentative de record l’hiver dernier…). La révision effectuée à flot à La Trinité a aussi nécessité l’emploi de plongeurs pour inspecter de fond en comble la carène. Là encore, rien à signaler et IDEC présente un étonnant état de forme. Une condition physique que Francis espère bien « booster » avec l’ajout de nouveaux safrans de flotteurs. Rappelons que les précédents appendices provenaient d’un trimaran de 60 pieds ; « Ils ont beaucoup souffert du tour du monde  » rapporte Joyon, « la mèche notamment présentait des signes de torsion. Nous avons donc construit deux nouvelles « pelles » beaucoup plus rigides. » Toujours au chapître des appendices, la dérive a elle aussi été modifiée selon les recommandations du skipper ; « Nous lui avons apporté une meilleure symétrie. Nous devrions gagner en confort et en trajectoire. »Le Record de la Méditerranée, puis la « Route de la Découverte »…Dès la fin du mois de mai, Francis Joyon et Christophe Houdet, accompagnés d’un troisième équipier, effectueront le long convoyage via Gibraltar vers le port de Marseille. Francis sait que la période pré estivale n’est guère propice à l’établissement d’un Mistral fort, idéal pour traverser d’une traite la Méditerranée. « je viens en Méditerranée montrer mon bateau aux amis et sponsors » explique Francis. « Je me laisse une quinzaine de jours de « stand by » dans l’attente de vents porteurs forts. » Francis s’élancera alors seul pour établir un temps de référence sur les 458 milles du parcours.Dépossédé en juin 2005 par Thomas Coville du record entre Cadix et San Salvador (Route de la Découverte version solo), Joyon ne désire rien d’autre que de confronter les potentiels de son nouvel IDEC à ceux du trimaran Sodebo sur la distance. Une tentative qui pourrait intervenir à partir de septembre.

amet, lectus leo mi, dictum dolor Donec risus. suscipit

Send this to a friend