« J’ai eu des grains hyper forts en début de nuit, » raconte Joyon, « avec 35 noeuds et derrière des coups de calmes. Il a fallu beaucoup manoeuvrer et depuis ce matin, j’ai pu renvoyer de la toile. Sous un ris et solent, je navigue à présent sur le bon bord à 16 ou 17 noeuds de vitesse. Le bateau tape moins, bien en appui sur son flotteur. » Francis conserve ainsi une trajectoire limpide, cap plein nord, vers l’archipel des Açores sous lequel paresse le centre des hautes pressions. En abordant ces dernières par le sud, IDEC va sentir le vent tourner sur son tableau arrière et c’est au portant qu’il faudra négocier l’entrée dans les régimes d’ouest. Un premier empannage bâbord amure permettra de parer les îles, puis un second côté tribord cette fois, qui marquera concrètement le début du sprint final au portant vers Brest.Avec la rotation du vent, Francis attend surtout l’amélioration de l’état de la houle. Sur une mer apaisée, il pourra alors effectuer une 4ème escalade en tête de mât. Un moment crucial dans ce tour du monde puisqu’il permettra à Francis d’évaluer très précisément ce qu’il sera en mesure d’exiger du trimaran jusqu’à l’arrivée. « En approche de l’anticyclone, le vent mollit et dès que la houle s’arrangera, demain matin, je compte retenter l’escalade dans le mât pour sécuriser mes réparations. Il me faut valider le maximum de chose dans le mât et sécuriser définitivement cet ancrage de hauban… »Rassuré sur l’état de son mât, Francis Joyon pourrait envisager sereinement les dernières journées de mer qui l’attendent. Le schéma météo est, de son propre aveu, « favorable », et il convient de ne pas lambiner en route ; « On imagine avec des vents d’ouest d’arriver le 20 ou le 21janvier (Dimanche ou lundi ndlr). Il ne faut pas trop traîner car après le 21 il y a des calmes et du près dans le Golfe. Je veux profiter des vents de Sud Ouest de cette fin de semaine pour rejoindre la Bretagne. » »Après mes problèmes de trinquette hier, je constate des fatigues un peu partout sur le bateau ; J’ai perdu un peu confiance dans mes lashings en spectra et je constate que ça lâche un peu partout » . Après 25 000 milles disputés à haute vitesse, IDEC a un peu perdu de sa splendeur, mais rien de son panache ni de sa superbe. Car en dépit des avaries qui contrarient depuis l’équateur sa progression, Joyon et son grand multicoque maintiennent ce soir un écart de 2 900 milles sur le trajet record d’Ellen MacArthur. La barre hautement symbolique d’un tour du monde en moins de 60 jours demeure, si tout va bien, à leur portée.

non mattis sem, neque. Praesent id, leo

Send this to a friend