Le vent fort et l’état de la mer freinent considérablement les ardeurs du grand multicoque rouge. Les vitesses enregistrées ce jour sont ainsi parmi les plus faibles réalisées par Francis depuis son départ de Brest voici plus de 32 jours, avec des valeurs échelonnées entre 14 et 19 noeuds. Pour mémoire, IDEC a déjà parcouru plus de 16 300 milles en distance réelle, à plus de 21 noeuds de moyenne. A 8 500 milles du but, le duo fusionnel IDEC-Joyon dispose toujours de plus de 3 000 milles d’avance sur les références records d’Ellen macArthur. Mais cet Océan Pacifique colérique et mal pavé pousse décidément le marin solitaire dans ses retranchements. Avec 430 milles parcourus ces dernières 24 heures, la route du Horn est encore longue, 4 jours minimum, et doit surtout se mériter au courage et à l’abnégation. Tempête, fatigue, angoisse aux icebergs, vigilance au bateau… le cocktail de Noêl aura cette année encore, après les expériences de 2003, été particulièrement relevé pour un marin solitaire.

velit, massa libero id, lectus eleifend risus Sed eget adipiscing

Send this to a friend