Mais les performances réalisées depuis deux semaines par ce sacré Francis Joyon forcent un tel respect et une telle admiration que l’on peine à rester muet : Joyon et son trimaran IDEC naviguent ce matin toujours aussi vite, toujours aussi « propre » à moins de 300 milles des 18 degrés 28′ 003 de longitude Est où le top chrono du temps de référence entre Brest et le cap de Bonne Espérance sera déclenché. Et en touchant en fin d’après-midi ( vers 18 heures françaises) la symbolique de ce point, Joyon signera tout simplement le deuxième chrono de tous les temps sur ces 6 300 miles de distance théorique, en un peu plus de 15 jours, améliorant les performances réalisés en équipage il n’y a pas si longtemps par des maxi multicoques (Orange I et Geronimo…). Le temps référence d’Ellen MacArthur (19 jours, 9 heures, 46 minutes) en solitaire exploserait de plus de 4 jours…. Au rang de l’anecdote, on classe aussi le retour sur les monocoques Imoca de tête de la Barcelona World Race parti en double voici 26 jours de Barcelone et que Francis s’apprête donc à devancer à Bonne Espérance. En parvenant à conserver une vitesse élevée à près de 24 noeuds de moyenne chaque jour, Joyon a échappé à l’anticyclone de sainte Hélène et rejoint les grands flux perturbés d’Ouest. D’autres challenges l’attendent, d’autres difficultés et dilemmes météorologiques qui empêcheront pour l’heure le marin de Locmariaquer de se retourner un instant sur ces 7100 milles nautiques réels avalés à plus de 20 noeuds depuis Brest… vous avez dit « exploit »?

risus libero felis leo. risus. non ipsum tristique sem,

Send this to a friend