Depuis son entrée hier matin dans un flux régulier bien orienté au Nord, Francis Joyon a calé son grand voilier rouge cap sur la pointe australe de l’Afrique et bloqué la manette des gaz dans les coins, se « contentant » de jouer avec les oscillations d’un vent qui devrait lentement tourner sur l’arrière du bateau pour prendre dans la journée un peu d’Ouest. Des conditions on l’aura deviné, toujours aussi favorables à la haute, très haute vitesse, et les chiffres de parler d’eux-mêmes : IDEC abat des journées à près de 550 milles, pour une moyenne horaire sur 24 heures de près de… 23 noeuds. Quant à cette avance que Francis plus que quiconque, qualifie de théorique, elle se porte néanmoins ce matin à… 1 005 nautiques.

adipiscing ut at Donec felis luctus

Send this to a friend