Dans un alizé d’Est de 10 à 15 noeuds, IDEC affiche 17,5 noeuds de moyenne sur 24 heures et Francis Joyon a pu très légèrement incurver – de dix degrès – la route d’IDEC qui fait désormais cap au 170°. La stratégie consiste maintenant à aller chercher une dorsale qui fera bénéficier IDEC d’un vent portant de secteur nord-est à nord, lequel devrait permettre de bien « descendre » le long puis sous l’anticyclone de Sainte-Hélène avant de pouvoir mettre le clignotant à gauche vers le cap de Bonne Espérance. Joint brièvement aujourd’hui, Francis Joyon a plaisanté « la bonne nouvelle c’est qu’IDEC n’a pas fondu sous le soleil ». Il a ajouté que son bateau ne tapait pas trop dans la vague, qu’il avait pu se reposer et enfin qu’il devrait rencontrer les mêmes conditions qu’aujourd’hui pendant environ une vingtaine d’heures avant de bénéficier de la bascule au portant. Ce soir, IDEC a effectué plus d’un septième de la route théorique directe (3420 milles sur l’orthodromie totale de 21 600 milles, évidemment bien plus en réel sur l’eau). Il n’y a aucun souci technique sur le bateau, le navigateur est en forme et totalise plus de deux jours d’avance sur le chrono à battre… que demander de plus?

quis elit. ante. mattis pulvinar felis felis adipiscing ipsum mi, commodo

Send this to a friend