Son avance virtuelle et tout aussi théorique sur la trajectoire suivie en 2005 par Ellen Macarthur a ainsi fondu pour ne plus représenter à 4 heure ce matin qu’une poignée de milles. Au même moment, Francis choisissait d’empanner, de changer d’amure au vent arrière, et de pointer à nouveau les étraves du multicoque géant vers le Sud Sud Ouest et la route de l’équateur. A une vitesse toujours aussi soutenue, il accumule depuis des milles « efficaces » sur la route. Loin au large par le travers de Lisbonne, Francis profite d’un couloir de vent soutenu tout en évitant et c’était bien là le but des manoeuvres stratégiques de la nuit, les 30 noeuds et plus qui soufflent dans le sud du Portugal. Les chiffres défilent toujours à grand débit au compteur du plan Irens/Cabaret ; 744 milles avaient à 9 heures ce dimanche matin déjà été parcourus à 16,22 noeuds de moyenne. Une moyenne qui devrait de nouveau s’envoler aujourd’hui. Francis est en effet « flashé » depuis son empannage de la nuit à plus de 23 noeuds de moyenne sur les dernières 4 heures…

ipsum sed Praesent at suscipit leo. elit. non adipiscing Nullam eget

Send this to a friend