IDEC SPORT s’élance à la conquête du Trophée Jules Verne

C’est à 21h 14mn et 45 sec TU (22h14’45’’ HF), ce dimanche 20 novembre 2016, que Francis Joyon et son équipage ont coupé la ligne de départ du Trophée Jules Verne pour s’élancer à la conquête du record de vitesse absolue autour du monde à bord d’IDEC SPORT.  « On ne voit rien, sauf le phare du Créac’h, il fait nuit noire.  Mais on a l’impression qu’on part pour un grand truc », a juste commenté Francis Joyon, le skipper d’IDEC SPORT, pressé de ne pas manquer la fenêtre météo qui voulait bien se présenter devant les étraves de son trimaran de 31 mètres de long.

À 24 nœuds sur la ligne

Francis Joyon, Bernard Stamm, Alex Pella, Gwénolé Gahinet, Clément Surtel et Boris Herrmann avaient quitté le quai du port de Brest un peu plus tôt, vers 19h45. Ils avaient prévu de ronger un peu leur frein dans les petits airs d’un centre dépressionnaire avant de toucher les vents puissants et favorables générés dans l’ouest de ce système. Mais la situation météo semble avoir répondu à leur impatience d’aller en découdre à toute vitesse autour de la planète mer, puisque les si hommes du bord ont déjoué les pronostics pour couper la ligne un peu plus tôt que prévu.  Ce commando de marins hors pairs est parti ce dimanche à la chasse au record, propulsé après un rapide changement de voile d’avant, à 24 nœuds sur la ligne matérialisée entre le phare du Créac’h à Ouessant et le cap Lizard, à la pointe sud-ouest de l’Angleterre.

On prend les mêmes, et on retente !

Après avoir tenté sa chance l’année dernière et frôlé l’exploit de peu, l’équipage d’IDEC SPORT est reparti dans la même configuration que lors de sa précédente tentative. On ne change pas un équipage capable du meilleur. Pour battre le chrono de référence établi par Loïck Peyron et ses 13 hommes d’équipage en janvier 2012  et inscrire, pour la huitième fois, leur nom au palmarès de l’un des plus prestigieux challenges maritimes, Francis Joyon et ses hommes sont attendus avant le 5 janvier 2017 à 10h 56 mn et 38 sec (TU) sur cette même ligne qu’ils viennent de couper.