IDEC SPORT DEVORE 826 MILLES EN 24 HEURES !

 

Francis Joyon et ses hommes viennent de signer leur meilleure journée depuis le début de leur tentative contre le Trophée Jules Verne. IDEC SPORT a englouti 826 milles en 24 heures. L’équivalent de 1530 kilomètres terriens. Très impressionnant.

A fond, à fond, à fond ! Il faut encore se pincer pour y croire à la lecture des chiffres des répétiteurs d’IDEC SPORT ce matin. Alors qu’ils viennent d’en finir avec leur vingtième jour de mer, Francis Joyon, Bernard Stamm, Gwénolé Gahinet, Alex Pella, Clément Surtel et Boris Herrmann s’adjugent un titre honorifique de plus : la meilleure « perf » depuis le départ. L’Australie, « le pays-continent » est avalé en une seule et même journée !

Une trajectoire limpide

Record1Souvenons nous de l’enthousiasme d’Alex Pella hier au moment de fêter la pulvérisation du chrono intermédiaire entre le cap des Aiguilles et le cap Leeuwin (5 jours/11heures). Le jovial Catalan évoquait une trajectoire « dessinée comme au laser, pleine balle sur la route ». Souvenons nous aussi de celui de l’Allemand Boris Herrmann : « c’est fou, on peut se faire l’Australie et la Nouvelle-Zélande en moins de deux jours et demi ». Et observons la trajectoire d’IDEC SPORT à la lumière de ces deux déclarations : elle est limpide. Parfaitement rectiligne. Et ultra rapide. Ceux qui opposaient hier 20 heures de retard sur le chrono à battre à l’arrivée en Australie en oubliant les effets de géométrie appliquée (pourtant expliqués ici) en sont pour leurs frais : ce matin, IDEC SPORT est passé sur le point virtuel matérialisant le 20e jour de Banque Populaire V avec seulement 4 petites heures de débours. Autant dire qu’ils font maintenant jeu égal avec le chrono de référence.

Et maintenant le Pacifique

Les marins appellent ça « un reaching de la mort ». Pour signifier qu’au vent de travers, à fond, ils enquillent les milles à pleine puissance. Les moyennes dépassent les 35 nœuds, les pointes à 40 et plus deviennent une habitude. L’entrée officielle dans le Pacifique va se faire dès ce samedi midi, quand IDEC SPORT va passer à l’aplomb de la Tasmanie qui est ce matin 450 milles dans leur nord. A bord de la flèche rouge, tous les espoirs sont permis. On sait depuis fort longtemps – avant le départ, en fait – que c’est dans cet océan géant qu’il y a potentiellement du temps à reprendre sur le chrono à battre. Et arriver ici en faisant jeu égal avec Banque Populaire est une extraordinaire performance. Maintenant, la cible c’est le cap Horn !