IDEC SPORT AU LARGE DE LA NOUVELLE-ZELANDE

IDEC SPORT est au niveau de la Nouvelle-Zélande, le pays le plus passionné au monde par la Coupe de l’America. L’occasion pour Francis Joyon de soutenir un autre grand marin, blessé en mer : Franck Cammas, qui défendra les couleurs françaises sur la Cup. L’équipage d’IDEC SPORT, lui, prépare une série d’empannages pour négocier le vent qui tourne à l’Ouest en ce début de Pacifique.

First aerial images of IDEC SPORT maxi trimaran, skipper Francis Joyon and his crew, training off Belle-Ile, Brittany, on october 19, 2015 - Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDECA l’entame de leur 22e jour de mer et de la traversée du Pacifique, la trajectoire d’IDEC SPORT s’incurve nettement vers le nord-est. Désormais sous Gennaker (la plus grande des voiles d’avant, utilisée au vent portant), l’équipage d’IDEC SPORT se prépare à une session d’empannages. « Les vents qui étaient de Nord-Ouest nous permettaient de faire une route directe. Ils viennent de passer à l’Ouest et dans deux ou trois heures on empannera. Ce sera dans la nuit pour nous (ce dimanche midi en France). Nous avons à peu près 1000 milles d’empannages devant nous. On ne va pas empanner toutes les trois heures non plus, mais on sera globalement vent arrière, oui. » La suite ? « Pour l’instant la politique est Wait and See. On a des dépressions dans notre Nord et on attend un peu de voir comment nous positionner par rapport à elles. Le Pacifique s’annonce un petit peu compliqué, il n’y a pas une vraie circulation des dépressions d’Ouest en Est, celle-ci ne se mettra en place que dans quelques jours et raccorder les systèmes ne sera peut-être pas simple. »

« C’est assez intense »
Nous verrons bien. Pour l’heure, après sa traversée record de l’Indien, IDEC SPORT est parfaitement dans le match. L’écart avec le tenant du titre est faible et il reste 24 jours pour rentrer à la maison. Au passage, un autre marin du bord est en train de battre des petits records personnels, c’est Gwénolé Gahinet. « Sur la Mini Transat et la Transat AG2R, j’ai déjà passé 21 jours consécutifs en mer, mais 22 jours et plus oui, c’est la première fois, je crois. C’est la première fois aussi que je vais traverser le Pacifique. C’est sympa. » Gwénolé Gahinet raconte aussi que l’équipage est en forme malgré les hautes vitesses et l’exigence des manœuvres : prises et renvois de ris, changements de voiles, matossage (répartition des poids), etc. « Changer la voile d’avant pour mettre le Gennaker prend environ une heure en tout et on transpire beaucoup sous nos trois couches de polaires. C’est assez intense». A 11h ce dimanche, après 21 jours et 7 heures de mer, IDEC SPORT filait encore à 30 nœuds.

First aerial images of IDEC SPORT maxi trimaran, skipper Francis Joyon and his crew, training off Belle-Ile, Brittany, on october 19, 2015 - Photo Jean Marie Liot / DPPI / IDEC« On a plus qu’une pensée pour Franck »
Nouvelle-Zélande : le pays où les chauffeurs de taxi connaissent le  prénom de chaque barreur ayant porté les couleurs kiwis sur l’America’s Cup. Pour Francis Joyon, c’est le moment de soutenir celui qui défendra les couleurs françaises sur la Cup, convalescent après un grave accident de mer. D’autant que Franck Cammas est aussi celui qui a conçu l’actuel IDEC SPORT, ex Groupama 3. Voici ce que nous a dit Francis ce matin, à la vacation : « On a plus qu’une pensée pour Franck… on a beaucoup parlé de son accident à bord. C’est Franck qui a été à l’origine de la conception de ce bateau, qui l’a optimisé et qui l’a fait évoluer avec le petit gréement avec lequel nous naviguons. Le bateau a été très peu transformé depuis. On a eu très peur pour Franck au début, quand on parlait d’un accident encore plus grave, ça nous a rassuré de savoir que c’était finalement une fracture normale. Franck, on pense tous à toi à bord ! On est sur le bateau que tu as conçu et on espère que tu seras rétabli au plus vite ! » Le convalescent appréciera. Entre grands marins…