Francis Joyon prêt à en découdre

En code Orange depuis hier, c’est à dire prêt à lancer à l’assaut du Trophée Jules Verne son maxi trimaran IDEC SPORT, en compagnie de son Super Commando (Clément Surtel, Alex Pella, Boris Herrmann, Bernard Stamm et Gwénolé Gahinet), Francis Joyon trépigne d’impatience à l’observation maintes fois renouvelés des derniers fichiers météo.

La fenêtre de tir identifié pour samedi revêt toujours un intérêt sportif fort. Suffisamment en tous cas pour que toute l’équipe procède à Brest aux ultimes préparatifs de départ, carénage de la coque et embarquement des produits frais.

L’incertitude concerne essentiellement deux des nombreux points névralgiques de ce tour du monde en équipage et en multicoque, la transition entre les Alizés Portugais et les alizés Canariens, et la position toujours très sud de l’anticyclone de Sainte Hélène.

« Les modèles américains et européens divergent » explique Francis ; « Selon nos sources américaines, on peut signer un bon temps à l’équateur. Les fichiers Européens sont eux, moins affirmatifs. Il nous faut affiner davantage encore ces prévisions, tout en nous tenant prêt à partir un peu à la dernière minute, si dès vendredi soir, Marcel van Triest, notre routeur, nous confirme une évolution favorable de la météo. Quant à l’anticyclone de Sainte Hélène, dont la position actuelle n’est absolument pas intéressante, il va certainement beaucoup bouger ces prochains jours, dans un sens qui je l’espère, nous sera favorable. »

L’envie d’en découdre est donc bien présente chez Joyon mais aussi chez chacun de ses 5 hommes d’équipage. « Nous vivons des journées assez stressantes » poursuit Francis. « J’ai déjà connu des situation similaires, notamment lors de ma première tentative autour du monde en solitaire avec le premier trimaran Idec. J’espère vraiment quitter Brest samedi matin… »