A FOND SUR LA ROUTE

Le maxi-trimaran IDEC SPORT vient de négocier avec un certain brio un premier écueil dans l’Atlantique sud, matérialisé par la délicate négociation d’une dépression australe très virulente en circulation depuis les côtes argentines. Tout l’exercice consistait pour Joyon et  ses hommes à accrocher la bordure nord de ce rapide système, pour profiter de vents de secteur sud-ouest propices pour à la fois, progresser vers l’est, puis, imperceptiblement, vers le nord. Sur une mer confuse et hachée à souhait, peu favorable aux très grandes vitesses, IDEC SPORT a magnifiquement tiré son épingle du jeu, navigant toute la nuit à près de 30 noeuds, tout en se recalant sur une route de plus en plus efficace en gain vers le nord et en direction des alizés de sud-est en voie de reconstitution au large du Brésil. Par le travers de Buenos Aires, un ralentissement est attendu, et un nouvel exercice de placement dans le bon tempo de l’agencement des systèmes météos va s’imposer aux Joyon, Surtel, Pella, Stamm, Audigane et Gahinet, pour leur trentième jour de mer. Un chiffre anniversaire que les marins d’IDEC SPORT associeront à un autre, celui de leur avance sur le tenant du Trophée Jules Verne porté ce matin à plus de 2 200 milles.